Taruca

Hippocamelus antisensis


  Chili, 2019


/     Toutes les photos
taruca, hippocamelus antisensis

taruca, hippocamelus antisensis

taruca, hippocamelus antisensis

taruca, hippocamelus antisensis

taruca, hippocamelus antisensis

taruca, hippocamelus antisensis

taruca, hippocamelus antisensis

taruca, hippocamelus antisensis

taruca, hippocamelus antisensis

taruca, hippocamelus antisensis

taruca, hippocamelus antisensis

taruca, hippocamelus antisensis

Seize tarucas. Numérotation des animaux dans l'image suivante.
taruca, hippocamelus antisensis

Seize tarucas.
taruca, hippocamelus antisensis

Mâle observé en milieu de journée sur une crête.
taruca, hippocamelus antisensis

taruca, hippocamelus antisensis

taruca, hippocamelus antisensis

Une femelle avec un élément du système d'irrigation qui distribue l'eau des sommets andins dans les champs cultivés.
taruca, hippocamelus antisensis

taruca, hippocamelus antisensis

taruca, hippocamelus antisensis

taruca, hippocamelus antisensis

taruca, hippocamelus antisensis

Deux femelles avant le lever du soleil.
taruca, hippocamelus antisensis

Jeune taruca.
    /

    La taruca est un cervidé des Andes classé "en danger d'extinction" au Chili. De gabarit intermédiaire entre le chevreuil et le cerf élaphe, la taruca (Hippocamelus antisensis) vit dans le nord du Chili et de l'Argentine ainsi qu'en Bolivie et au Pérou. Son cousin le huemul (Hippocamelus bisulcus) vit dans le sud du Chili et de l'Argentine, et son existence souffre de la même précarité.

    C'est en raison de la méconnaissance de Hippocamelus antisensis en Europe et de son statut d'espèce "en danger d'extinction" que j'ai effectué un voyage au Chili pour l'observer et le photographier. Il s'agit d'un animal farouche, ses apparitions sont peu fréquentes, essentiellement au lever et au coucher du soleil, à une altitude comprise entre 2000 m. et 4000 m. Les photographies présentées ici ont été effectuées à 3600 m. dans une atmosphère d'une sècheresse absolue.

    La matinée la plus prolifique a consisté en l'observation d'un groupe de seize tarucas : des femelles, des jeunes et six mâles reconnaissables à leurs bois. Enfin, un dernier élément doit être pris en compte : la très bonne capacité de dissimulation de l'animal grâce à un pelage beige qui se fond très bien dans la végétation basse.